Michael "Bommi" Baumann, Passages à l'acte (littérature militante)

Quelle bonne nouvelle ! Voici enfin réédité le livre de Baumann après plus de trente ans d'indisponibilité en français.
Ce sont les éditions Nautilus qui se sont attelé à la tâche et nous les en remercions.
Ce livre, écrit en 1975, est un document d'une valeur inestimable sur l'engagement politique dans la RFA des années 1960-70. Surtout, il nous montre précisément l'ambiance et les mentalités de l'époque, décrivant de l'intérieur le passage d'un militant à la lutte armée et à la clandestinité.
Il s'agit là d'une lecture essentielle pour toutes les personnes qui ont conservé intacte leur capacité à s'indigner.
Le livre de "Bommi" (le surnom de cet artificier) incite à la réflexion sur les modalités de la lutte à mener contre les oppresseurs : violence, ou pacifisme ? Et quelle violence : physique, ou symbolique ? Dirigée contre qui, ou quoi ?
Réflexions capitales, certes, mais la valeur du texte se joue ailleurs, nous semble-t-il : Michael Baumann nous livre ici une vision éminemment humaine de l'engagement politique, il n'a de cesse de nous rappeler qu'il vient d'un milieu prolo et qu'il est entré en lutte par la culture, sa culture "sex and drugs and rock'n'roll", là où tant d'autres suivent un chemin tracé par les études. Les préoccupations principales de Baumann sont au nombre de deux : d'une part, faire la révolution bien sûr, mais la révolution du désir et de la jouissance ; ne jamais se couper de la base d'autre part. En ce sens, le jeune "Bommi" s'inscrit dans une démarche proche des conceptions d'un Vaneigem et s'éloigne de la froideur calculatrice de la RAF, par exemple. De plus, Baumann nous rappelle que les mouvements d'extrême-gauche ont pu être truffés de "curés", de peine-à-jouir et de leaders coercitifs (sans parler des infiltrés, ni des mouchards...).
Pour Baumann, la révolution était affaire de sexe, de fun et de culture. Son regard toujours lucide sur les gens et les événements lui a valu de très nombreuses critiques agressives, mais force est de reconnaître que son approche résolument humaine devrait servir de source d'inspiration : que vaut une démarche révolutionnaire qui oublie de placer en son centre l'humain ?
Voilà donc une lecture vivifiante, susceptible de réchauffer les cœurs en ces temps de cynisme et de domination absolue des forces mortifères.

Signalons que l'indispensable ouvrage d'Anne Steiner et Loïc Debray, RAF, Guérilla urbaine en Europe occidentale, est toujours disponible aux éditions L'échappée (14 €)