POUTRE APPARENTE, musiques protubérantes (label)

Poutre Apparente. Joli nom pour un label, cosy et viril. Un jeune label parisien dédié et dévoué au vinyle.
On l'avait remarqué dès sa création, instantanément, car c'est là que les Corses de l'est d'Ich Bin avaient jeté leur... heu... Enfin, disons que c'est Poutre Apparente qui a osé sortir en vinyle leur album, "Obéis !". Paie ta première référence ! Ce disque est un des plus grands best-sellers chez Grand-Guignol. Electrotrash, chargé de fiel et de bad vibes, "Obéis !" est tel un arbite de foutre qui crache son venin sur des poussins. Il a tourné en boucle dans la première boutique, rue sergent Blandan, à rendre tout le monde fou ! Et la pochette était un événement en soi (n'hésitez pas à cliquer sur l'image pour l'agrandir et jouir des détails). Puis, il s'est épuisé. On en a vu, des frustrés entrer le réclamer pendant cette période maudite de disette. Et là, le label l'a repressé. Ouf de soulagement poussé dans toute la ville. Malheureusement, de courte durée car le deuxième tirage est parti comme une trainée de poudre. On espère en se rongeant les ongles que le troisième pressage ne saurait trop tarder.
Pour se consoler, on se passe super fort les deux EPs sortis ensuite sur le même label. Le premier est la réédition d'un 7'' de 79, le magique "Low Flying Aircraft", d'Anne Bean et Paul Burwell sous le nom de Pulp Music. Et c'est un disque indispensable. Je sais que c'est un adjectif qui revient souvent sur ce blog mais on ne peut pas y couper : si vous aimez le post-punk et les morceaux bizarres qui vous filent la chair de poule (et, on est quelques-uns à l'avouer, un début de headbanging), vous devez avoir ce disque dans votre discothèque. C'est complètement épuré et ça marche à fond, DIY-style : on est transportés avec juste un jeu de batterie (du regretté Paul Burwell), une voix stridente, de la distorsion et du feedback. C'est sauvage, aride et obsédant. On se surprend à partir avec la chanson phare pour une destination trop rare : le territoire du plaisir musical pur.
Le coup de génie, c'est que le 45 tours suivant nous amène, par un trajet différent, dans le même territoire, aussi intensément. Ruth fut un groupe mené par Thierry Müller, musicien français injustement méconnu et néanmoins absolument génial ! Le 45 tours offre sans doute deux des meilleurs morceaux de rock français. Et franchement, on ne plaisante pas ! Jetez un oeil à la pochette et demandez-vous si ça colle avec cette affirmation : "Mon pote et Mescalito sont deux des tout meilleurs morceaux de rock français". On vous le dit tout net : c'est le disque qui a été écouté le plus fort à Grand-Guignol. Les chansons datent de 1978 et font partie du patrimoine caché de la musique. Il y a quelque chose de fou avec ces morceaux, on se demande comment il est possible que ce soit aussi bon et qu'on n'en entende à nouveau parler qu'aussi tard. Sans doute un de ces secrets que les amateurs gardent entre eux. N'hésitez pas à rejoindre la troupe des convertis et abandonnez-vous dans la sauvage volupté électrifiée que Poutre Apparente vous sert sur un plateau (et pour les plus fous d'entre vous, sachez qu'il existe un cd compilant certaines des aventures musicales de Thierry Müller les plus passionnantes, sur l'excellent label Fractal).
Enfin, nous avons reçu récemment le volume 1 fraichement pressé de la compilation IVG - Instruction Vinylique Générale - Futur antérieur 1975-1985, regroupant certains des groupes français post-punk et expérimentaux préférés du label. Et ils ont bon goût. Jugez plutôt : Théâtre Commercial (deux courts morceaux), le Déficit Des Années Antérieures (dont il faudra absolument qu'on parle plus longuement sur ce blog), Atom Cristal, Ruth (que nous venons juste d'évoquer plus haut), C.O.M.A, la belle Nini Raviolette, Crise de Nerf, Stabat Stable, Proroky, Warum Joe, Dead Heat, Spotch Forcey et leur "Frustré", notre morceau préféré de la compile, avec le suivant : "Pat'lin d'merde", des excellents strasbourgeois d'Alesia Cosmos.
Voilà donc une sortie très importante qui s'inscrit dans le trop restreint travail actuel d'exhumation des pépites expérimentales françaises (on pense notamment aux initiatives primordiales de Dominique Grimaud avec sa collection les Zut-O-Pistes, ou au catalogue des labels Spalax et Fractal). IVG est un parfait pendant vinylique à l'essentiel DVD RVB~TRANSFERT, qui nous restitue les images de cette époque au travers de plus de trois heures de clips de cette même scène française (1979-1991). Si vous voulez comprendre pourquoi les artistes français ont joué un rôle primordial dans le champ mondial des musiques différentes, voilà un disque à vous procurer absolument. On espère un volume 2 et, pourquoi pas, un double LP.


Concluons en vantant les objets eux-mêmes : quatre disques superbes, un travail d'édition soigné, on voit que le label prend son temps et s'impose petit à petit (certes, dans la rareté). Les choix dessinent un territoire esthétique et historique dans lequel nous nous reconnaissons complètement. Concrétiser ces émotions sur vinyle nous comble. En tout cas, voilà quatre artefacts bientôt fétiches.
Le label s'appelle POUTRE APPARENTE.
Voici son site web (avec extraits en ligne) : http://poutreapparente.free.fr/index.htm

Le Muscle Carabiné, Etat Second (revue graphique)

Nous avons reçu la deuxième mouture du Muscle carabiné, cette magnifique revue éditée par Stéphane Blanquet chez United Dead Artists.
Le livre est pris dans une double couverture de Daisuke ICHIBA (façon gatefold) qui annonce la couleur : nous sommes en présence d'un superbe ouvrage, au-dessus du lot. Papier épais de grande qualité, impression impeccable, format 30X40 généreux. Et dessin somptueux !
Le Muscle est un ouvrage collectif, à la table des matières affolante. Ouvrez l'état second et vous vous offrez deux pages de Doury, dont une en quadrichromie (beaucoup de choses à savourer autour de l'œuvre de Pascal Doury en ce moment). Poussez à peine plus profond et vous voici surmontés des opulentes femmes de Namio HARUKAWA. Puis Robert Crumb vous est donné à voir, suivi de Blanquet lui-même pour un dessin bien poisseux. Chaque artiste bénéficie de deux pages (pour un total de 40 pages). Plusieurs d'entre eux en profitent pour nous gratifier d'une fresque sur une double page. Quadri pour Doury, Sandlin, Mimiyo et BlexBolex.
Le supplément de ce numéro est La jolie colonie de vacances, très beau texte érotique de Marie-Laure Dagoit (par ailleurs éditrice des éditions Derrière la salle bains), embelli d'une magnifique couverture de Berquet avec Mirka pour modèle. Petit format de 12X18 cm.
Pour revenir à l'ouvrage principal, on trouve des pages magnifiques de Jonathon Rosen, de Berquet et Mirka. La double-page de Placid est très musclée, tout comme celle de Bruno Richard et ses dessins somptueux (aussi dans toute l'atrocité des sujets). En fait, tout est trop beau pour mentionner tel artiste et pas tel autre. C'est indispensable, tout simplement. Et comme l'était le premier jet du Muscle. D'ailleurs, il reste encore quelques exemplaires du premier numéro de ce qui s'impose en deux essais comme des livres instantanément collectors. Nous vous conseillons plus que chaudement de vous jeter dessus ! Si vous aimez le graphisme et le dessin, Les Muscles Carabinés vous sont indispensables. Sachez que chaque numéro coûte 15 euros.
15 euros !!! Nous sommes les premiers à nous plaindre du prix des livres français, mais là il n'y a rien à dire, si ce n'est "comment est-ce possible ?"
A Grand-Guignol, on applaudit à s'en faire des crampes, tant excitants sont ces Muscles Carabinés.
Pour finir de vous en convaincre, voici les artistes qui avaient contribué au premier numéro : Charles Burns en première de couv', Blanquet en quatrième ; Daisuke ICHIBA, Jonathon Rosen, Ted Jouflas, Muzo, Gilles Berquet, Bruno Richard, Aurélie William Levaux (très belle découverte, pour notre part), Nemoto, Killofer, Pierre la Police, David Fair, Mirka Lugosi, Blanquet, Atak, Francesco Defourny, Chris Hipkiss, Lolmède, Hayashi YOSHIFUMI, Anne Van Der Linden, Xavier Robel. Et BlexBolex en complément (polychromie).
De nombreux artistes figurent dans les deux numéros pour deux fois plus de plaisir. Immense. Bravo pour ces deux coups de maître ! Deux soleils ardents dans l'édition actuelle.

(Hormis la dernière, toutes les images proviennent du journal de Stéphane Blanquet : http://www.blanquet.com/journal/index.php/)
Le site United Dead Artists
Celui de Blanquet :
http://www.blanquet.com/

Tanzprocesz (label)

Certains auront sans doute remarqué quelques cassettes audio (oui, avec de la musique dessus...) qui traînent ça et là dans la librairie. Intrigantes, minimales (quasi zéro info dessus), belles, elles sont l'œuvre du label tanzprocesz, qui nous passionne à Grand-Guignol !
On a laissé quelque temps une cassette d'Evil Moisture vivre sa vie au comptoir de la boutique. Elle était vraiment canon - normal, elle fait partie de la série des procession tapes, toutes "designées" par Jonas Delaborde (dont nous avons déjà parlé à propos de Nazi Knife). Evidemment, elle a fini par être achetée par un amateur de noise music au bon goût. C'est totalement épuisé depuis, comme toujours avec ce label : les objets sont tous tirés en série ultra limitée et une fois qu'il n'y en a plus, c'est dead à jamais !
Bon, Tanzprocesz, ce n'est pas que des cassettes, c'est aussi des Cds, tous pris dans des écrins faits main de toute beauté.
Quant au contenu, ben c'est un truc du genre "experiMENTAL weirD improV deKontrusCTioN posTposTprOTOpoST primITiVe FuTuriST juNk EleKTROniKq NoiZ plunDERphoniKZ TURNtabliZm & etc.........", comme dit par Jo, l'animateur du label. C'est beaucoup de gros sons, très noise et bordélique, ça oscille entre l'étonnant et le franchement passionnant.
On se régale pour en plus des prix ultra modiques.
Notons que Jo, qui gère à peu près tout du label tout seul, est membre du duo Placenta Popeye, que nous avons eu la chance de voir en live chez nous pour un concert qui nous a tous foutu une putain de banane ! Jo joue aussi régulièrement avec Pakito Bolino, du Dernier Cri. On les avait vus au Rail théâtre il y a quelques temps, jouer avec Chewbacca devant le film "Les religions sauvages", pour ce qui fut une des meilleures soirées de ces dernières années à Lyon (pendant que la hype était au concert de Battles... nan j'déconne). Putain d'underground not dead !!!, qu'on n'arrête pas de vous hurler dans les oreilles !
Bien : on attend avec une grande impatience les prochaines sorties du label, avec notamment un disque de kommissar hjuler/mamma baer (miam !!!), ainsi que le cdr des messins Plastobeton, un groupe qui "bute sa mère" (dixit Jo).
Vous l'aurez compris : on est ultra fans de Tanzprocesz et on vous incite à vous rendre de ce pas sur le site du label. Vous pourrez y télécharger des purs MP3s (y'a des Smegma, des Placenta Popeye, et plein d'autres merveilles à se mettre sur l'oreille - ou un truc dans l'genre).
TANZPROCESZ