Cinéma de genre : deux récentes parutions capitales

Attention : Dans les griffes de la Hammer est déjà épuisé chez l'éditeur !
Nicolas Stanzick vient de publier aux éditions Scali un livre de première importance, sur l'histoire de la réception en France du cycle de films gothiques, fantastiques de la célèbre firme Hammer. C'est tout à fait passionnant car cette histoire est aussi celle de la naissance de la cinéphilie fantastique dans l'hexagone et, par ricochet et de manière plus générale, de l'apparition de la notion de cinéma bis.
Le livre se divise en deux parties : la première concerne l'étude livrée par l'auteur, quand la deuxième est la retranscription des entretiens menés par Nicolas Stanzick auprès de dix acteurs majeurs de cette cinéphilie (notamment les fondateurs de la revue Midi-Minuit Fantastique, mais aussi Norbert Moutier, Gérard Lenne, Noël Simsolo...). Le tout se lit avec un très grand plaisir.
Voici donc enfin un ouvrage en langue française à placer entre ses livres de chez Creation Books ou FAB Press. Seul bémol : Dans les griffes de la Hammer nous paraît un peu cher, avec ses 29 €. Cela dit, il s'annonce déjà comme un futur classique.

Voilà comment l'auteur présente son travail :
"ne pas s'attacher aux conditions de production des films, ce qui a été fait maintes fois, mais livrer une histoire de la Hammer en France.
A priori l'idée peut paraitre étrange, mais à y regarder de plus près on a là la matière d'une histoire passionnante. En effet, lorsqu'on se focalise sur ce qu'ont pu incarner les films ici, on découvre que c'est avec le cycle Hammer qu'on s'est initié au cinéma fantastique en France. Et ici, en terres cartésiennes, ce n'était pas le plus simple des apprentissages, loin de là! Se souvient-on par exemple qu'il a fallu le déferlement des Frankenstein et des Dracula de Terence Fisher sur nos écrans pour que les livres de Stoker et de Shelley aient enfin droit a des traductions dignes de ce nom? Se souvient-on qu'avant le célèbre Cauchemar de Dracula, pour une immense majorité de français, le nom du comte était inconnu et le vampirisme une notion très floue? Se souvient-on qu'avant le numéro un de Midi-Minuit fantastique consacré à Terence Fisher en 1962, le cinéma fantastique n'avait quasiment pas droit de cité dans la presse? Se souvient-on du tollé qu'ont provoqué les premiers films du cycle? Télérama à l'époque est allé jusqu'à parler "d'école de perversion" qui allait "créer des générations de détraqués"!... Se souvient-on du retournement de veste général lorsqu'après 1968, toute la presse généraliste et cinéma, Télérama, Les Cahiers du Cinéma et Positif compris, ont fini par saluer en Terence Fisher un très grand auteur? Se souvient-on des conditions de diffusions de ces films dans de légendaires salles de quartiers spécialisées, souvent considérées comme dangereuses, mal famées, en tout cas porteuses elles mêmes de savoureuses mythologies?...
Bref, se focaliser sur l'exploitation et la réception de la Hammer en France, c'était un moyen pour moi d'inscrire tout ce pan de cinéma dans l'histoire culturelle des années 60 et 70 au sens large. Mieux, c'était un moyen de révéler une part de la vérité intime de ces films grâce au prisme des regards successifs, positifs ou négatifs, qui se sont portés sur eux au cours de leur tumultueuse histoire. Et au delà, c'était aussi un moyen de tenter d'écrire la première histoire de la cinéphilie fantastique française en m'attachant à son signe de ralliement pendant les deux premières décennies de son existence : la Hammer Films.
Le livre se divise en deux parties. Le récit proprement dit de tous ces événements et de longs entretiens avec des figures historiques de la cinéphilie fantastique française qui racontent leur expérience personnelle de la Hammer : Michel Caen et Jean-Claude Romer (fondateurs de Midi-Minuit fantastique), Alain Schlockoff (fondateur de l'Ecran Fantastique), Jean-François Rauger de la Cinémathèque, Gérard Lenne (auteur d'un livre très important sur le ciné fantastique au début des années 70), Jacques Zimmer (rédac chef de feu La Revue du cinéma), Noel Simsolo (un ex de la grande période des Cahiers du cinéma, absolument fou de Fisher...), Christophe Lemaire (Cofondateur de Starfix avec Christophe Gans), Francis Moury, critique bien connu des forumers de Classik etc. "
(Propos recueillis ici : http://www.dvdclassik.com/forum/viewtopic.php?f=2&t=27722)
(Les affiches proviennent de cette page : http://www.thehammercollection.net/affiches.htm)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Autre sortie très importante, le livre de Julien Sévéon consacré à la blaxploitation. Là encore, il est extrêmement réjouissant de constater qu'enfin sortent en langue française des ouvrages consacrés à ce cinéma de genre que nous aimons tant !

Présentation :
Remise au goût du jour par Quentin Tarantino et son Jackie Brown, la blaxploitation reste le genre majeur du cinéma américain des années 70. Alors que les Noirs ont été relégués à des rôles secondaires et caricaturaux durant les quelques 60 premières années du cinéma américain, les années 70 vont voir un soudain changement de perception de la communauté afro-américaine. Surprise! Les producteurs hollywoodiens découvrent que les Noirs sont aussi des spectateurs et peuvent donc leur rapporter gros. Soudainement, les Afro-Américains se mettent à tenir les premiers rôles de productions musclées où les héros règlent leur compte à une société raciste, de films d'horreur imitant les succès d'hier ou de western inversant les formules du genre. Le tout sur une atmosphère funky de haute volée. La blaxploitation était née. Oscillant entre films mercantiles et oeuvres véritablement engagées, la blaxploitation est un courant protéiforme qui donna à la communauté noire-américaine ses premiers grands héros et qui permit aux majors de garder la tête hors de l'eau.

# Broché: 192 pages
# Editeur : bazaar&Co (31 juillet 2008)
# Collection : Cinexploitation
# Langue : Français
(Informations récoltées ici : Soul bugalu)
La sortie du Blaxploitation 70's Soul fever nous réjouit d'autant plus qu'il est publié chez un nouvel éditeur, Bazaar & Co. Or, cette toute nouvelle maison annonce des ouvrages qui nous mettent l'eau à la bouche : un livre sur les vigilante movies ; un autre sur le maître Lucio Fulci ; mais aussi la réédition de ce titre indispensable sur le western européen, Il était une fois... le western européen, de Jean-François Giré, épuisé depuis trop longtemps.
Bazaar & Co nous dit également qu'une parution sur les bandes originales de films est en cours, ou encore sur la Shaw brothers, sur les pinku eiga, sur les films de catégorie 3, sur les cinémas de quartier... Bref, voilà prévu tout un corpus affolant, regroupé dans la collection cinexploitation qui viendra enrichir avec bonheur les bibliothèques de tout cinéphile amateur de genres.
signalons que Bazaar & Co ne tombe pas du ciel, venue de nulle part : elle vient d'être fondée par l'ancien éditeur de Dreamland, maison disparue il y a quelques années, qui nous avait enchantés par le passé (études sur Corman, sur Massacre à la tronçonneuse, etc.).
Nous suivrons donc de très près l'évolution de ce travail éditorial, en espérant que tous les titres annoncés verront vraiment le jour !

Aucun commentaire: