Nick Stone, Tonton Clarinette (polar)

Tonton Clarinette, c'est une sorte de croque-mitaine, en Haïti. C'est surtout l'excellent premier roman de Nick Stone, qui signe en grandes pompes son entrée dans l'univers du polar noir (à noter que ce livre a reçu le Ian Fleming Steel Dagger 2006 et le Macavity Award 2007 du meilleur premier roman). Le livre est sorti chez Gallimard, à la Série Noire, le 14 février 2008. Il coûte 22,50 euros.

L'argument est simple : Max Mingus - un privé, ancien flic à Miami -, finit de purger sa peine après avoir buté des gosses shootés au crack qui avaient fait subir des saloperies à une gamine. Il se retrouve seul et démuni à sa sortie de taule, désespéré aussi, étant devenu veuf pendant qu'il était au placard. C'est là qu'on lui propose un énorme pacson de biftons pour retrouver le gamin d'une très "bonne" famille en Haïti... autant dire en enfer !
N'ayant aucun avenir aux Etats-Unis, Mingus accepte d'enquêter et se rend dans l'île.
L'intrigue se déroule à la fin des années 90, sur fond d'occupation américaine, censée restaurer la démocratie dans le pays (une vieille habitude...). Les anciens tontons macoute rôdent aussi, eux qui étaient les bras armés des Duvalier, répandant la terreur parmi la population. Le roman baigne tout entier dans le vaudou, la corruption et la misère. Dans le stupre aussi. Nick Stone finit par nous dresser un portrait passionnant et désespérant d'Haïti, personnage principal du livre.
C'est sombre, très sombre ; les protagonistes sont tous attachants, ambivalents. L'écriture est limpide et l'on ne s'ennuie pas une seule seconde dans ce gros volume de 608 pages (on en voudrait plus, d'ailleurs).
On a adoré.
A noter : Nick Stone sera présent au festival Quais du polar les 28,29 et 30 mars 2008 au palais de Bondy, à Lyon. Il dédicacera son livre sur le stand que nous tiendrons là-bas (autres auteurs présents à notre stand : Arnaldur Indridason, Jake Lamar, Joe Lansdale, Piergiorgio Di Cara et Jean-Marc Souvira).
Le site des Quais du polar.

La chronique du livre sur le site des éditions Gallimard :
"« Ici, ce sont les morts qui gouvernent. »
Pour Max Mingus, privé de Miami, l'offre est tentante : dix millions de dollars pour mettre la main sur Charlie Carver, fils d'une grande famille haïtienne, introuvable depuis plus de trois ans.
Charlie a disparu en Haïti, comme des dizaines d'autres enfants volatilisés depuis des décennies. Dans un pays dominé par le vaudou, nombreux sont ceux à évoquer la magie noire et une figure mythique, Tonton Clarinette, un dieu charmeur d'enfants qui les entraîne loin de leurs familles.
Mais qui est donc Tonton Clarinette ? Un joueur de flûte qui hypnotise des victimes ? Un voleur d'âmes ? Un tueur en série ? Pour le découvrir, Max devra réussir là où d'autres détectives ont non seulement échoué mais perdu la vie. Très vite la question pour Max n'est plus seulement de retrouver Charlie mais de sauver sa peau.
Baroque, haletant,
Tonton Clarinette ensorcellera jusqu'au plus averti des amateurs de thrillers."

Aucun commentaire: